Un Thou, un élément essentiel du paysage des étangs de la Dombes

Bandeau general de La Dombes dans l'Ain

La Dombes, une terre historique qui reste encore à découvrir

Un Thou, un élément essentiel du paysage des étangs de la Dombes

Centre Saint Martin à Vonnas

 

 

Renseignements :

Office de Tourisme

de la Communauté de Communes des Bords de Veyle

50, rue du Moulin

01540 Vonnas 

 

France

Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h sauf le samedi et le dimanche du 15 novembre au 15 mars

 

: 33 (0)4 74 50 04 47

: 33 (0)4 74 50 09 74

: otvonnas@wanadoo.fr

: http://www.office.vonnas.com/

 

Bourg en Bresse

: 24 km

Macon

: 21 km

Villefranche sur Saône

: 39 km

Lyon

: 67 km

Paris

: 414 km

Châtillon sur Chalaronne

: 13 km

Villars les Dombes

: 30 km

Ars sur Formans

: 31 km

Aéroport Lyon Saint Exupéry à 1 h  

2 h de Paris par le TGV (Gare de Macon Loché ou Bourg en Bresse)

 

Le centre Saint martin est une ancienne église romane désaffectée au début du XXéme siècle qui dépendait du diocèse de Lyon. Désormais, c'est un espace culturel dans lequel ont lieu des concerts, des expositions et du théâtre.

L'église est, sans doute, édifiée sur un ancien lieu de culte, car un sarcophage mérovingien fut découvert sous ses fondations.

Construite à la fin du XIIéme siècle, elle fut réaménagée aux cours des siècles suivants.

On entre dans l'église par un portail en plein cintre du XIIéme siècle reposant sur des chapiteaux ornés de feuilles d'acanthe.

Lors de la construction du clocher porche au XIXéme siècle, cette façade fut déplacée  par l'architecte Jaillant. La nef, longue de 17 m, était éclairée par six petites baies en plein cintre (seulement trois subsistent aujourd'hui). Sur la face nord, se trouve une belle porte appareillée, en blocs de calcaire blanc soigneusement taillés, et coiffés d'un arc en plein cintre

La première charpente détruite par un incendie fût remplacée en 1514. Seules, les poutres transversales ont été conservées de cette seconde construction.

La nef est aménagée de petites chapelles, qui sont le plus souvent de simples autels adossés au mur.  

  • la première nous est indiquée par un très jolie piscine sculptée sur le mur sud de la nef. C'est la chapelle Saint Antoine datant de 1652 et qui fut fondée par la famille Levet.

  • la deuxième se situe plus près du choeur. C'est la chapelle Saint Georges, patron des guerriers datant de 1349 qui fut fondée par les seigneurs d'Epeyssoles. Cette chapelle est éclairée par une lancette gothique ornée d'un arc trilobé. De son ébrasement part une litre funéraire.

Par un arc brisé, qui fut élargi au cours du XXème siècle, la nef s'ouvre sur le choeur.

La travée du choeur est surmontée d'une coupole sur trompes sur laquelle reposait le clocher détruit à la Révolution. Elle est éclairée par une baie située sur le mu sud, sur lequel s'ouvrait la sacristie. 

Sur la face nord se trouve la chapelle sainte Catherine et saint Laurent datant de 1521 et qui fut fondée par les seigneurs de Béost et de Monspey. Cette construction entraîna la démolition du mur roman. une piscine sculptée est adossée au mur de retour. A côté de la baie de style gothique flamboyant apparaît une croix de  consécration, témoignage de la venue d'un évêque. Le remplage de la baie est entourée à sa base de supports de statues.

L'abside voûtée en cul de four possède une magnifique arcature ornée de pilastres et de chapiteaux sculptés de cannelures ou de motifs végétaux.

Les peintures de l'abside restaurées en 1992, se trouvent dans la voûte en cul de four et dans l'abside. Elles sont très abîmées car les murs étaient recouverts de plâtres et d'enduits superposés.                                                                Dans la voûte en cul de four trône un Christ en mandorle, entouré des quatre évangélistes, sur fond de fleurs réalisées au pochoir.

  • en haut, à gauche : l'aigle de saint Jean

  • en bas, à gauche : le lion de saint Marc

  • en haut, à droite : l'ange de saint Mathieu

  • en bas, à droite : le boeuf de saint Luc

L'ange et l'aigle tiennent un phylactère, où les artistes du Moyen âge pouvaient insérer les paroles prononcées par les personnages représentés.

Une seule peinture a put être conservée dans l'abside, entre deux colonnettes. Elle semble datée du XVéme siècle. C'est Saint Éloi, évêque et patron des maréchaux et de tous les artisans utilisant le marteau. Le personnage agenouillé à ses pieds est certainement le donateur de cette peinture.

Entre les arcs, dans l'ébrasement de la baie axiale mais aussi sur les pilastres et les chapiteaux apparaissent des petites boules et des petites fleurs dont la couleur rouge se détache sur fond clair.

D'autres peintures sont apparues, notamment dans la chapelle Saint Georges mais elles étaient trop abîmées pour les laisser à la lumière du jour.

 

Les informations contenues dans cette page sont données à titre indicatif exclusivement. 

Pour plus d'informations merci de contacter l'office de tourisme de Vonnas

Brocanteurs/

Antiquaires

Les châteaux

Les étangs

Les circuits

Les marchés

Les restaurants

L'hébergement

Le cheval

Les sources

Les producteurs

Les artisans

Les golfs

La pêche

Les recettes

Contactez nous

Les partenaires

Tous droits réservés.   

Dernière révision : 05 novembre 2014 .

Liez votre site avec  La Dombes

 La Dombes est auditée par