Un Thou, un élément essentiel du paysage des étangs de la Dombes
La Dombes, une région riche en lieux pour la pêche
Un Thou, un élément essentiel du paysage des étangs de la Dombes
La pêche d'étang, un moment privilégié de la vie de la Dombes
Pêches d'étangs commentées 2017/2018 (ouvertes au public)

 

D'octobre à fin février, c'est au petit matin que se découvre la Dombes, juste au lever du soleil... Imaginez-vous au bord d'un étang, observant des hommes se glisser dans l'eau afin d’y installer des filets... Grâce à leur savoir-faire unique la pêche traditionnelle en Dombes peut débuter !

Dombes Tourisme vous propose des pêches d’étangs commentées et vous offre ainsi une immersion en Dombes. Une dizaine de dates sont prévues entre octobre et février.

Dans le but de faire découvrir un savoir-faire ancestral, celui de la pêche traditionnelle des étangs de la Dombes, des pêches commentées sont proposées.

Un accompagnateur présentera les techniques traditionnelles de pêche dombiste, l’origine des étangs, souvent méconnue, ainsi que les différentes espèces de poissons présentes dans les étangs.

Le tout au petit matin, dans une atmosphère conviviale. Les pêches ont lieu entre 7 h 45 et 11 h.

Comme vous le savez sans doute, les étangs de la Dombes souffrent cette année 2017 du manque d'eau dû aux faibles pluies du début d'année et à l'évaporation en saison estivale.

Beaucoup d'étangs sont en assec ou ont été pêché dans l'urgence cette fin d'été.

La production piscicole sera à minima, moitié moins importante qu'une année traditionnelle.

Nous avons donc un calendrier de pêches d'étangs commentées moins étoffé qu'habituellement et les quantités de poissons seront moindres, toutefois, nous pouvons d'ores et déjà vous proposer les dates suivantes :

Lundi 16 octobre

Jeudi 2 novembre

Lundi 6 novembre

Samedi 11 novembre

Jeudi 30 novembre

Samedi 2 décembre (2 pêches)

Pour chacune des dates la réservation est obligatoire auprès de l'un des offices de tourisme de Dombes Tourisme soit Châtillon sur Chalaronne ou Villars les Dombes

Les lieux de rendez-vous seront communiqués lors de l'inscription

Dans le but de faire découvrir un savoir-faire ancestral, celui de la pêche traditionnelle des étangs de la Dombes, des pêches commentées sont proposées.

Etant donné que c'est une activité professionnelle, il est demandé de ne pas gêner le travail des pêcheurs. Participations : 4,50 euros par adulte, gratuit pour les moins de 12 ans.

 

N'oubliez pas aussi la journée Découverte du poisson de la Dombes avec l'Association de promotion des poissons des étangs de la Dombes (APPED) Le samedi 21 octobre 2017

 

Les étapes de la pêche en Dombes

 

En Dombes, les étangs sont pêchés chaque année, mais tous les étangs ne sont pas identiques. Ils se répartissent en trois catégories :

  • l'étang à pose ou étang d'avelinage

    C'est un petit étang abrité. Les poissons reproducteurs y sont soigneusement dosés. A l'automne ou au printemps suivant, on pêche les alevins devenus des "feuilles" (20 à 60 g)

     

  • l'étang de deuxième été ou étang d'"empoissonnage" reçoit les feuilles qui, pêchées un an plus tard pèseront 100 à 250 g. On les appelle alors des "panots" ou "nourrains"

  •  

  • l'étang d'engraissement reçoit, le troisième été, ces "panots" qui deviendront des carpes marchandes pouvant atteindre plus de trois kilos.

La pêche d'un étang est une affaire de professionnel et est organisé sur une suite d'actions très précise. Les pêches ont lieu le plus souvent en automne. Chaque exploitant choisit son équipe et prévient les hommes qui la composent. Si l'étang est en fermage, l'équipe est en général formée de membres de la famille du fermier et des voisins les plus compétents. La pêche requiert toujours un personnel nombreux et cela donne aux ruraux, isolés dans leurs fermes, l'occasion de passer un moment ensemble. 

Quelques jours avant d'être pêché, l'étang est vidé grâce au "Thou".

Cet ouvrage autrefois en bois, aujourd'hui en ciment, permet de retenir ou de lâcher de l'eau à volonté. Mais comme l'eau est rare en Dombes, elle n'est pas gaspillée. Les étangs, souvent superposés ou disposés en chapelet, communiquent entre eux par un canal ou rivière de vidange.

 

L'étang se vide peu à peu. Le poisson se réfugie alors dans le bief (un fossé creusé dans le thalweg, ligne la plus basse de l'étang) ou dans la pêcherie (un creux en forme de poire).

 

Les pêcheurs vont alors déployer la "traîne", un filet qui peut atteindre quarante mètres de long ; sa partie inférieure est lestée de boules de plomb "les fers" qui balayent le fond du bief; son bord supérieur est garni de gros flotteurs en liège "les lièges". le rôle des fers et des liéges est d'assurer la verticalité du filet dans l'eau. Le choix du filet détermine le tri, le "bâtard" à maille de 12 à 14 mm, la "seillette", à maille de 7 mm, notamment pour les blancs et les pêches d'avelinage.

Les hommes, réparties de chaque côté de la rive, le tirent avec précaution, lentement, péniblement. La manœuvre est commandé par des hommes qui de chaque côté du bief manipulent la "guerre" ou "arpie", un long manche en bois terminé par une sorte de crochet. D'une pression continue et bien dosée de leur instrument, ces hommes qui "font la guerre" -selon une expression consacrée - empêchent les poissons de se faufiler sous les mailles. Les hommes doivent être solides car la charge du filet traîné à la force des bras peut à la fin avoisiner plusieurs tonnes.

Arrivée à la  pêcherie, les hommes disposent des bâtons fourchus "les fourchettes" pour relever le filet et ainsi empêcher le poisson de passer par-dessus bord.

 

 

Bottés très haut, ils pénètrent dans l'eau vaseuse grouillantes de poissons. Un des pêcheurs y plonge  une grande épuisette, la "trouble" ou l'"arvaux" et effectue un pré tri dans la masse grouillante de poissons. 

 

 

Le contenu de l'"arvaux" est alors déversé dans la "gruyère", un grand baquet de deux mètres de long au fond perforé où ils vont trier les carpes, gardons, tanches et brochets. C'est un travail délicat et minutieux car il faut faire attention ,avec les mains glacées par le froid du matin ,aux piqûres occasionnés par les poissons chats parfois abondant dans l'étang tout en triant rapidement chaque déversement de poissons par l'homme de l"arvaux".

 

Le poisson est ensuite acheminée dans des épuisettes sans manche appelés "filochons"  jusqu'à la pesée : une balance romaine pendue entre deux piquets le "crochet". 

 

 

 

Le poisson est soit vendu sur place ,soit vendu à des structures permettant sont transport et sa conservation dans les meilleurs conditions

Le poisson ne pouvant pas plus être stocké que consommé sur place et afin de le transporter dans les meilleures conditions est déversé dans des camions viviers en oxygénation permanente. Ainsi quelques heures après la pêche les poissons non vendus sur place aux particuliers ou amateurs se retrouvent dans les bassins de stockage des marchands ou des coopératives locales.

 

Afin de commercialiser le poisson dans les meilleures conditions, une structure compétente a été créée en 1927, Coopepoisson. Cette coopérative regroupe environ 170 adhérents qui possèdent plus de la moitié des étangs Dombiste. La Maison Liatout  à Saint Marcel en Dombes est également un acteur important de la pêche et de la transformation du poisson de Dombes

Une fois arrivé à la coopérative, le poisson séjourne de huit à dix jours dans des bassins.

A terme, il a trois destinations possibles : le repeuplement, le loisir et la consommation.

Les rendements piscicoles, très moyen (200 à 250 kg par hectare), correspondent à une exploitation extensive des étangs, les régions de l'Alsace ou des pays de l'est ont une approche beaucoup plus extensive.

 

Les informations contenues dans les différentes pages de ce site  sont données à titre indicatif exclusivement. 

Nous remercions tous les personnes, offices de tourisme, mairie, éditeurs, chercheurs qui nous ont aidé à les mettre à votre disposition.

Vos commentaires sont bien entendu les bienvenues.

Brocanteurs/

Antiquaires

Les châteaux

Les étangs

Les circuits

Les marchés

Les restaurants

L'hébergement

Le cheval

Les sources

Les producteurs

Les artisans

Les golfs

La pêche

Les recettes

Contactez nous

Les partenaires

Tous droits réservés.   

Dernière révision : 10 octobre 2017 .

Liez votre site avec  La Dombes

La Dombes est auditée par